ESPACE

Des astronomes découvrent une planète errante

planète errante flottante
Ci-dessus une vue d'artiste de la planète errante CFBSIR2149, découverte à 100 années-lumière de la Terre. Crédits : ESO
Des astronomes français et canadiens ont identifié une planète "errante", c'est-à-dire n'orbitant pas autour d'une étoile. Si d'autres corps de ce type avaient déjà été découverts, la proximité inédite de cette planète avec la Terre va permettre aux planétologues de l'analyser de façon particulièrement approfondie.

A 100 années-lumière de la Terre, une planète sans étoile erre dans l'espace. Située au sein d'un groupe de jeunes étoiles en mouvement appelé AB Doradus, cette planète, dite "errante" ou encore "flottante", a été repérée grâce au Télescope Canada France Hawaï (CFHT) par une équipe d'astronomes franco-canadiens, emmenée par le planétologue Philippe Delorme (Université Joseph Fourier à Grenoble, France). Le corps céleste nouvellement découvert a été baptisé du nom quelque peu barbare de CFBDSIR2149.

Si de nombreuses autres planètes de ce type ont déjà été repérées au cours des 20 dernières années, l'intérêt de la découverte réside dans la proximité inédite de la planète CFBDSIR2149 avec la Terre. Il s'agit en effet de la planète errante la plus proche de la Terre jamais détectée.

Grâce à cette proximité, les chercheurs ont pu analyser les principales caractéristiques de CFBDSIR2149, comme sa masse, sa température, son âge ou encore la composition de son atmosphère. Des mesures rendues possibles grâce à la la puissance du VLT (Very Large Telescope), le très grand télescope de l'Observatoire européen austral (ESO) au Chili.

Une température de 430 °C


Résultat de ces mesures ? La planète errante est âgée de 50 à 120 millions d'années, a une masse 4 à 7 fois supérieure à celle de Jupiter, et sa température avoisine les 430 °C. Quant à la composition de son atmosphère, les chercheurs ont détecté la présence de méthane (d'où la couleur bleue de la planète dans la vue d'artiste ci-dessus) et de vapeur d'eau.

Est-on certain qu'il s'agit là d'une véritable planète, qui aurait été éjectée de son système natif, et non pas plutôt d'une naine brune, ces étoiles qui ont échoué à déclencher en leur sein les réactions nucléaires nécessaire à la production de la vive lumière habituellement émise par les étoiles ? Pour l'instant, les chercheurs ne peuvent pas se prononcer de façon définitive. Toutefois, un indice semble suggérer qu'il s'agit bel et bien d'une planète errante : sa masse est nettement inférieure à la masse qui caractérise habituellement une naine brune.

La découverte a fait l'objet  d'une publication le 14 novembre 2012 dans la revue Astronomy & Astrophysics, sous le titre "CFBDSIR2149-0403: a 4–7 Jupiter-mass free-floating planet in the young moving group AB Doradus?".


NEWSLETTER DU JOURNAL DE LA SCIENCE

Vous aimez la science ? Abonnez-vous à la newsletter du Journal de la Science, et recevez chaque soir un résumé clair et synthétique de l'actualité scientifique de la journée :

VOUS AIMEREZ AUSSI
PUBLICITÉ

VOTRE OPINION SUR CET ARTICLE