ESPACE

L'actualité de la sonde Rosetta en temps réel

sonde Rosetta
Ci-dessus, la sonde Rosetta et la comète 67P/Churyumov–Gerasimenko en vue d'artiste. Crédits : ESA/ATG Medialab
Sur cette page, suivez l'actualité de la sonde Rosetta et de son atterrisseur Philae. Cette page est mise à jour dès que l'actualité l'exige.

Pour suivre le développement en temps réel de la mission Rosetta, vous pouvez également suivre les comptes Facebook et Twitter que nous avons créé à cet effet.

Suivre la mission Rosetta sur Facebook :

Suivre la mission Rosetta sur Twitter :

27 février 2016 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

• L'espoir de renouer le contact avec le robot muet depuis plus de 6 mois est devenu extrêmement faible. Mais comment lui dire adieu ? "Le jour où nous tuerons Philae, ce sera comme tuer Bambi", murmure-t-on du côté de l'ESA.
>> En lire plus sur Science et Avenir : "Rosetta : comme il est dur de dire adieu à Philae..."

20 mars 2015 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

• De l'azote moléculaire a été détecté dans la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko par la sonde Rosetta. C'est la première fois que ce composé, dont on pense qu'il était largement répandu lorsque le système solaire s'est formé, est détecté dans une comète.
>> En lire plus sur Le Journal de la Science : "Rosetta détecte de l'azote moléculaire dans la comète 67P"

22 janvier 2015 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

• Au cours de ces derniers mois, Rosetta a recueilli une foule de données scientifiques sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, mais ces données ne pouvaient pas être communiquées au public car elles n'avaient pas encore été publiées. C'est désormais chose faite, dans la revue Science.
>> En lire plus sur Le Journal de la Science : "Les données scientifiques recueillies par Rosetta enfin dévoilées !"

21 janvier 2015 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

• Alors que le réveil de Philae était initialement prévu pour mars, les responsables de l'atterrisseur tenteront probablement de le réveiller plus tôt que prévu, au cours du mois de février.
>> En lire plus sur Le Journal de la Science : "Philae se réveillera-t-il dès février ?"

19 janvier 2015 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

• Mission Rosetta : les jets de poussière émis par ont été photographiés avec une précision jusqu'ici inégalée par OSIRIS, la caméra grand angle à bord de Rosetta.
>> En lire plus sur Le Journal de la Science : "Rosetta : les jets de poussière de la comète 67P visibles comme jamais"

13 janvier 2015 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

• La sonde Rosetta a un programme pour le moins chargé pour cette année 2015 : survol du noyau de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko à moins de 6 kilomètres, possible réveil du robot Philae, et bien sûr un passage près du soleil prévu pour le 13 août 2015.
>> En lire plus sur Le Journal de la Science : "Sonde Rosetta : un programme passionnant pour 2015 !"

7 janvier 2015 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

• Où est Philae ? A l'heure actuelle, nul ne le sait. Et ce malgré les efforts des scientifiques de la mission Rosetta, qui le recherchent inlassablement depuis son atterrissage sur le noyau de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, le 13 décembre 2014. En attendant, il n'en reste pas moins que les scientifiques de la mission Rosetta ont bon espoir que Philae se réveille au cours des prochains mois, lorsque la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko se sera rapprochée du soleil. Un réveil qui pourrait avoir lieu en mars.
>> En lire plus sur Le Journal de la Science : "Mission Rosetta : Philae reste introuvable"

5 janvier 2015 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

• Quoi de neuf pour Rosetta et Philae ? Pas grand chose, à vrai dire. Si ce n'est que tout ce petit monde se trouve actuellement à 525 millions de kilomètres de la Terre, et 392 millions de km du Soleil. Plus que 219 jours avant le périhélie (le moment où la comète, Rosetta et Philae frôleront le Soleil)...

19 décembre 2014 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

• Rosetta analyse son premier grain de poussière. Et il est gros...
>> En lire plus sur Science et Avenir: "Rosetta analyse son premier grain de poussière"

ET AUSSI :

• Les scientifiques optimistes sur la capacité de Philae à se réveiller dans les mois qui arrivent.
>> En lire plus sur IFLScience (anglais): "Rosetta Scientists Optimistic Philae Could Wake Up Early Next Year "

18 décembre 2014 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

• On s'en souvient, Rosetta a largué avec succès l'atterrisseur Philae sur le noyau de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, le 13 novembre 2014. Mais avant de se stabiliser définitivement sur le noyau de la comète, Philae a rebondi deux fois sur le noyau. Or, une photo de la comète a été prise par Philae lui-même… lors de l'un de ces deux rebonds.
>> En lire plus sur Le Journal de la Science : "Le rebond de Philae sur la comète… photographié par Philae lui-même"

11 décembre 2014 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

• Le verdict est tombé : l'eau contenue dans le noyau de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, dont la composition a été analysée par Rosetta, n'est pas la même que celle des océans terrestres. L'hypothèse d'une eau terrestre apportée par les astéroïdes revient donc sur le devant de la scène...
>> En lire plus sur Le Journal de la Science : "Mission Rosetta : l'eau de la comète 67P diffère de l'eau terrestre"

10 décembre 2014 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

• Après Philae, la sonde Rosetta se posera-t-elle aussi sur le noyau de la comète 67P ? Aussi surprenant que cela puisse paraître, c'est une hypothèse à laquelle les chercheurs de la mission Rosetta réfléchissent sérieusement...
>> En lire plus sur Le Journal de la Science : "Après Philae, Rosetta se posera peut-être aussi sur la comète 67P !"

9 décembre 2014 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

• Selon l'un des responsables des opérations menées par l'atterrisseur Philae à la surface de la comète 67P, les premiers résultats indiquent non seulement la présence de composés organiques, mais aussi qu'un nombre important de ces composés sont de nature complexe. De quoi renforcer l'hypothèse que les premières "briques de la vie" ont notamment été amenées sur Terre par les comètes....
>> En lire plus sur Le Journal de la Science : "Mission Rosetta : des composés organiques complexes sur la comète 67P ?".

26 novembre 2014 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

• La sonde est entrée dans une nouvelle phase de sa mission et se concentre désormais sur l’étude de la comète Tchourioumov-Guérassimenko. Mais Rosetta n’en a pas encore complètement terminé avec Philae.
>> En lire plus sur Les Echos : "Pendant que Philae dort, Rosetta est toujours en service".

12 novembre 2014 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

Le 12 novembre 2014 est d'ores et déjà une journée historique. En effet, pour la première fois dans l'histoire de l'exploration spatiale, la sonde Rosetta larguera l'atterrisseur Philae, qui ira se poser sur le noyau de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko.

A l'occasion de cet évènement, le Centre National d'Etudes Spatiales met à la disposition des internautes un flux vidéo en continu, qui débutera à 15h30 :

Grâce à ses 10 instruments, Philae analysera de nombreux paramètres, dont la composition chimique du sol et du sous-sol, sa dureté ou encore sa température. Des prises de vues panoramiques en 3D seront également fournies par l'atterrisseur, ainsi qu'une modélisation en 3D de la structure du noyau.

4 septembre 2014 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

• Aujourd'hui, nous vous proposons une magnifique photo de la comète 67P, publiée il y a 2 jours par l'ESA :

ET AUSSI :

Voici un petit récapitulatif des mensurations de la comète 67P :

30 septembre 2014 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

• Après la sélection d'un site d'atterrissage possible pour Philae, l'équipe de la mission Rosetta a ajusté la date à laquelle la sonde européenne devrait larguer son robot laboratoire sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. L'opération extrêmement délicate, et encore jamais tentée, est désormais programmée pour le mercredi 12 novembre, et non plus le 11 comme évoqué précédemment.
>> En lire plus sur Le Point : "Rosetta : Philae a pris rendez-vous avec sa comète !".

24 septembre 2014 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

Depuis le 17 septembre, Rosetta orbitait à 30 km de la comète. Le but ? Cartographier le plus précisément possible la surface de la comète. Mais à partir d'aujourd'hui, la distance entre Rosetta et sa comète va encore se réduire. En effet, Rosetta a commencé ce jour à modifier son orbite, de façon à se retrouver à 20 km seulement de la comète d'ici le 29 septembre.

Voici un petit récapitulatif du programme à venir pour Rosetta :

15 septembre 2014 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

Le site d'atterrissage de Philae a été révélé ce matin ! Il s'agit du site "J" (et non du site "I" qui, pourtant, avait suscité l'unanimité des chercheurs de la mission lors de la présélection des cinq sites d'atterrissage.

Où se trouve le site "J" (qui sera probablement rebaptisé dans les prochains jours) ? La réponse est dans la photo ci-dessous :

Selon les chercheurs de la mission, il semble que le choix du site J n'a en réalité pas été très difficile. Pourquoi ? Parce qu'il s'avère que la surface de la comète est très accidentée, avec notamment des falaises de 10 mètres et des rochers de 5 mètres (lire sur le Point "Mission Rosetta : Philae a trouvé où se poser "). Or, le site J était celui qui présentait la surface la moins accidentée.

Un site d'atterrissage alternatif a également été désigné, au cas où un problème soit rencontré avec le site J : le site C.

Rappelons que Philae devrait normalement se poser sur sa comète le 11 novembre prochain.

>> Pour plus d'informations sur le choix du site "J", vous pouvez consulter cette page (en anglais) sur le site de l'ESA"J marks the spot for Rosetta's lander"

Au fait, comment va se passer l'atterrissage ? Quelques précisions dans cette vidéo :

12 septembre 2014 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

La sonde européenne s'est photographiée devant sa comète avant l'annonce du site choisi pour l'atterrissage de son module Philae, laquelle aura lieu le 15 septembre 2014.

10 septembre 2014 :

• Les scientifiques ont présenté lundi au Portugal les premières données sur la comète étudiée par la sonde européenne Rosetta.
Extrait : "La première surprise vient de la géologie «exotique» de la comète. Outre le double noyau relié par un cou, une forme connue depuis juillet, la surface elle-même est pleine d'aspérités. On la croirait déchiquetés par des impacts de météorites, mais ce n'est pas le cas. «L'origine de la plupart de ces bassins est plus mystérieuse que cela», explique Philippe Lamy directeur de recherche au Laboratoire d'astrophysique de Marseille."
>> En lire plus sur le Figaro "Rosetta : la comète 67P est pleine… de vide"

5 septembre 2014 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

Le 15 septembre 2014, le site d'atterrissage définitif de l'atterrisseur Philae sera révélé au public. À l'heure actuelle, cinq sites d'atterrissage ont été présélectionnés :

Le site définitif annoncé le 15 septembre fera donc partie de ces cinq sites (il semble que le site "I" soit un bon candidat, mais rien n'est certain pour l'instant).

ET AUSSI :

Voici la dernière photographie de la comète 67P, prise le 2 septembre 2014 alors que Rosetta était à 56 km de la comète :

Pourquoi cette photo est-elle sous forme de mosaïque ? Vous vous souvenez sans doute que, Rosetta étant désormais très proche de sa comète, il est devenu impossible de photographier la totalité du noyau de la comète en une seule fois. D'où la mosaïque...

Heureusement, l'astrophysicien Fred Jansen à créé une version composite de cette photo :

31 août 2014 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

• Depuis quelques jours, l'instrument NavCam de Rosetta prend des clichés de la comète différents de ceux auxquels nous nous étions habitués. Et pour cause, puisque sur chacune de ces photos, seul un quart du noyau de la comète 67P y est visible (voir photo ci-dessous).

Pourquoi ? Tout simplement en raison de ce que nous vous avions annoncé le 25 août : la distance entre Rosetta et la comète, qui a fortement décru au cours de ces dernières semaines pour atteindre les 50 km seulement.

Résultat : la comète n'est plus visible dans son ensemble dans le champ de l'instrument NavCam, Rosetta étant trop proche.

Pour photographier la comète dans son ensemble actuellement, il est donc nécessaire de prendre quatre clichés de la comète 67P, chacun contenant une zone différente de cette dernière. L'avantage est bien entendu que le niveau de précision de ces images est bien plus élevé que celui des images précédentes (ce qui est évidemment crucial pour l'étude précise du lieu d'atterrissage de Philae).

Mais il y a aussi un inconvénient de taille : entre le premier et le quatrième cliché, 20 minutes s'écoulent. Vingt minutes durant lesquelles le noyau de 67P poursuit sa rotation sur lui-même, tandis que Rosetta continue d'orbiter... Résultat : fournir une image composite de la comète en compilant ces quatre clichés est de ce fait bien délicat.

25 août 2014 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

• Les cinq sites d'atterrissage possibles pour Philae ont été révélés au public aujourd'hui. Voici la localisation de ces cinq sites, désignés par une lettre différente (A, B, C, I, J) :

Parmi ces cinq sites, seul le site I semble faire l'unanimité parmi les chercheurs de la mission Rosetta, qui s'étaient réunis ce week-end au Centre Spatial de Toulouse pour passer au crible les différents sites d'atterrissage possibles.
>> En lire plus sur le site du CNES :
"Rosetta et la comète Churyumov-Gerasimenko : Cinq sites d’atterrissage retenus pour Philae"
"Sélection du site d'atterrissage : première étape franchie avec succès"

24 août 2014 :

A LA UNE AUJOURD'HUI :

• Cinq sites d'atterrissage possibles pour Philae seront choisis aujourd'hui dimanche. Les discussions ont débuté hier, et vont se clore aujourd'hui avec la sélection des cinq sites. Les résultats seront annoncés demain.
>> En lire plus sur le site de l'ESA (en anglais) : "Landing site selection: the race is on".
En attendant, voici une image insolite de ces discussions, où l'on voit les scientifiques regarder attentivement le noyau de la comète 67P... tous munis de lunettes 3D :

ET AUSSI :

• Rosetta se rapproche encore de sa comète :

22 août 2014 :

• La masse de la comète 67P a été estimée à 10 milliards de tonnes. Cette estimation a été réalisée grâce aux données recueillies entre la journée du 6 août 2014, date à laquelle la sonde Rosetta a débuté sa mise en orbite autour de la comète 67P, et le 9 août (soit 80 heures de données au total).
>> En lire plus sur le site de l'ESA (en anglais): "Determining the mass of comet 67P/C-G"

Maintenant, rêvons un peu, et imaginons un peu que la comète 67P soit posée sur la Terre, au lieu d'orbiter à quelques 414 000 km de nous ? Le résultat se trouve dans cette impressionnante image :

20 août 2014 :

Le noyau de la comète 67P/C-G, photographié par Rosetta le 18 août 2014, alors que la sonde se trouvait à 84 km seulement du noyau :

18 août 2014 :

• Comme vous le savez sans doute, Rosetta suit actuellement une orbite de forme triangulaire (voir la vidéo dans la colonne de droite ci-contre titrée "La trajectoire d'approche de Rosetta :"). Olivier Esslinger, du site astronomes.com, a publié hier un article dans lequel il aborde cette question. Dans cet article, il nous rappelle notamment que cette orbite, clairement inhabituelle pour une sonde (et d'ailleurs plus largement pour n'importe quel corps céleste, quel qu'il soit !), a notamment pour but de modéliser le champ gravitationnel de la comète, dont il est probable que ce dernier soit particulièrement complexe du fait de la nature bilobée du noyau.
>> En lire plus sur le site Astronomes : "La mission Rosetta"

• Et pour la route, voici le dernier cliché du noyau de Rosetta, capturé le 16 août 2014 par l'instrument NavCam :

16 août 2014 :

• Ci-dessous une nouvelle photo du noyau de la comète 67P, obtenue le 14 août par l'instrument NavCam, alors que Rosetta se trouvait à 115 km du noyau. L'angle de vue est ici assez inédit, puisque pour une fois la structure bilobée à laquelle nous nous étions habitués n'est pas visible :


>> En lire plus sur le site de l'ESA (en anglais) : "CometWatch – 14 August"

15 août 2014 :

• Vous avez chez vous des lunettes 3D, c'est-à-dire munies d'un filtre rouge à gauche, et vert ou bleu à droite ? Alors vous allez pouvoir découvrir le noyau de la comète 67P en trois dimensions. Le spectacle est assez étonnant : il permet de révéler la complexité des reliefs de cet étrange noyau bilobé (doté de deux lobes).

Voici l'image en question :


>> En lire plus sur le blog du Monde "Autour du Ciel" : "La découverte en 3D du noyau de la comète de Rosetta"

13 août 2014 :

• L'instrument GIADA (Grain Impact Analyser and Dust Accumulator) de Rosetta a détecté ses premiers grains de poussière ! C'est la première fois que des grains de poussière aussi proches d'un noyau de comète sont analysés. Premiers enseignements : la densité des grains de poussière libérés par la comète 67P est manifestement équivalente à celle qui avait été initialement prédite, voire légèrement supérieure.
>> En lire plus (en anglais) sur le site de l'ESA : "GIADA “touches” the comet!"

• Dans un an jour pour jour, la comète 67P sera à son périhélie. Le périhélie ? C'est le point de l'orbite d'un corps céleste le plus proche du soleil. En d'autres termes, le 13 août 2015, la distance entre la comète 67P et le soleil (et Rosetta !) sera la plus courte possible.
>> En lire plus (en anglais) sur le site de l'ESA : "One year to perihelion!"

12 août 2014 :

• Que va faire Rosetta au cours des prochaines semaines ? Tout est expliqué dans cet article de l'Agence Spatiale Européenne, dont voici des extraits :
Aujourd’hui, Rosetta se trouve à exactement 100 km de la surface de la comète, mais elle va s’en rapprocher encore. Durant les six prochaines semaines, elle évoluera sur deux trajectoires triangulaires face à la comète, d’abord à une distance de 100 km, puis de 50 km.
Dans le même temps, d’autres instruments de la sonde procéderont à une étude scientifique détaillée de la comète afin de trouver un site approprié où l’atterrisseur Philae pourra se poser.
Au final, Rosetta essaiera de se placer sur une orbite rapprochée quasi circulaire à 30 km de la comète, voire encore plus près en fonction de l’activité de celle-ci.
Pas moins de cinq sites d’atterrissage possibles seront identifiés d’ici la fin du mois d’août, avant le choix du site de référence à la mi-septembre. La séquence d’événements conduisant au déploiement de Philae – actuellement prévu le 11 novembre prochain – sera confirmée à la mi‑octobre.

>> En lire plus sur le site de l'ESA

• Revivez en vidéo l'approche de la comète, vécue du point de vue de Rosetta. Le tout sur une célèbre pièce de Mozart ("Une petite musique de nuit") :

• [Vidéo] Une foule d'informations sur Rosetta et sa comète, ainsi que de belles images dans cette édition de EuroNews Space :

• Savoir où se trouve la sonde Rosetta, et ce à tout moment ? C'est possible, grâce à cette magnifique page interactive en 3D créée par l'Agence Spatiale Européenne : "Where is Rosetta ?".
Pour voir où se trouve Rosetta sur cette page, cliquer sur "Where is Rosetta today ?". Etant donné qu'il s'agit d'objets graphiques en 3D, il est donc possible de les déplacer avec la souris.

10 août 2014

Depuis que Rosetta a commencé à orbiter autour de sa comète, force est de reconnaître que la pression est un peu retombée, et au fond, c'est un peu normal. Mais alors, quoi de neuf depuis la journée historique du 6 août ? Des photos. En effet, depuis que Rosetta est aux premières loges pour immortaliser sa comète, elle ne se prive pas pour la photographier sous toutes ses coutures. Voici quelques clichés publiés ces derniers jours par l'Agence Spatiale Européenne :

7 août 2014 :

• Suite à la réception des dernières images du noyau de la comète, capturées hier par l'instrument OSIRIS de Rosetta, les scientifiques de la mission Rosetta sont actuellement en train d'affiner les différentes options d'atterrissage de Philae (dont l'arrivée à la surface de la comète est prévue pour le 11 novembre 2014).
Parmi les obstacles susceptibles de compliquer cette délicate opération, il y a le champ gravitationnel très faible de la comète, mais aussi la forme biscornue du noyau qui va probablement réduire les lieux potentiels d'atterrissage (en effet, la trajectoire de descente suivra un arc de cercle, avec le risque de heurter l'une des extrémités du noyau double en rotation de la comète).

Une bonne nouvelle toutefois : il semble que le sol du noyau de la comète ne soit pas aussi ferme que prévu. Selon Stefan Ulamec, l'un des responsables de Philae, cela suggère que le risque pour que Philae rebondisse sur le sol du noyau de la comète est probablement moins important que ce qui était initialement redouté : "C'est comme marcher et rebondir contre un mur : ça fait mal, mais ça ne tue pas", a-t-il résumé de façon très imagée.

>> En lire plus (en anglais) sur le site de l'ESA : "How will we choose a landing site?"

• L'ESA a publié aujourd'hui une vidéo qui compile les moments-clés de l'arrivée de Rosetta hier. Voici la vidéo :

• A lire sur Le Monde, un intéressant interview de Francis Rocard, responsable du programme Rosetta au CNES. Rien de vraiment neuf dans cet entretien, mais il a le mérite de synthétiser efficacement les principaux enjeux de la mission.
Extrait de l'entretien (la totalité de l'article en ligne est protégé) :
"Pour la première fois, une sonde va escorter une comète pendant plus d'un an pour étudier son activité, c'est-à-dire l'émergence des jets de gaz et de poussières qui s'en échappent au fur et à mesure que son orbite la rapproche du Soleil et qu'une partie de sa glace se volatilise. Pour la première fois aussi, un atterrisseur va se poser sur un noyau cométaire et y réaliser des forages, afin d'analyser in situ sa composition moléculaire et atomique. Il s'agit de science très fondamentale. L'Europe devient le leader mondial de l'étude des comètes (...) La matière dont sont faites les comètes est la même que celle qui a formé le système solaire, il y a 4,5 milliards d'années. Cette matière n'a pas évolué, elle a été conservée intacte, comme si elle avait été placée au congélateur, et elle est donc le témoin de ces premiers instants.

• Nous en avons parlé hier sur notre compte Twitter, mais si vous n'avez pas encore vu cette animation publiée par l'ESA, montrant l'approche de la comète vue par les yeux de Rosetta (en vraies images, bien sûr), nous vous encourageons vivement à la visionner sur le site de l'ESA.

6 août 2014 :
Rosetta est arrivée à destination ! Elle a entamé ce jour son insertion dans l'orbite de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Revivez ce moment grâce à cette compilation vidéo réalisée par l’Agence Spatiale Européenne, qui retrace les moments-clés de cette journée historique :

Une sélection de quelques infos-clés de la journée :

5 août 2014 :
Comment la sonde Rosetta, qui il y a quelques semaines encore évoluait à une vitesse bien plus élevée que sa comète (en mai dernier, la vitesse de Rosetta était par exemple supérieure à celle de la comète de 2 700 km/h environ), a-t-elle fait pour ralentir sa course, afin de se caler sur une vitesse qui est aujourd'hui quasi-identifique à celle de la comète ? Pour parvenir à cela, de nombreuses et complexes opérations de freinage ont eu lieu.
>> Pour le détail de ces opérations de freinage, voir cet article sur le site de la Cité de l'Espace : "Rosetta en approche finale"

4 août 2014 :
La sonde lancée il y a plus de 10 ans arrivera à destination mercredi. Elle tentera alors de percer les secrets de la comète Tchourioumov-Guérassimenko.
En savoir plus sur Le Point

3 août 2014 :
Voici ci-dessous le noyau de "Chury", la comète de Rosetta, photographié le 29 juillet par la caméra à champ étroit (NAC – narrow angle camera) de Rosetta. Lorsque le cliché a été pris, la distance entre Chury et Rosetta était de 1950 km. Sur cette image, chaque pixel correspond à environ 37 mètres :

En savoir plus sur le site de l'ESA

27 juillet :
Une nouvelle moisson d’images de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko suivie de près par Rosetta dévoile davantage de détails sur sa structure binaire qui n’est pas sans évoquer un canard… Elles ont été agrégées en une animation qui montre la rotation de ce corps composé de glace et de poussières, avec lequel la sonde a un rendez-vous très attendu dans quelques jours.
En savoir plus sur Futura Sciences : "En vidéo : tout près de sa comète, Rosetta en donne de nouvelles images"

23 juillet (jour J-14 avant la mise en orbite autour de la comète, prévue le 6 août 2014) :
Rosetta va ralentir sa vitesse aujourd'hui :

Par ailleurs, la vidéo "RosettaAreWeThereYet" a été traduite en français. Elle explique de façon très vulgarisée l'objectif de la mission Rosetta. Une vidéo idéale pour les enfants :

22 juillet (jour J-15 avant la mise en orbite autour de la comète, prévue le 6 août 2014) :
L'ESA a mis en ligne un petit film d'animation assez amusant, dans le cadre de son opération "Rosetta, Are we there yet?" ("Rosetta, quand est-ce qu'on arrive ?"). Le personnage qui s'impatiente est bien évidemment l'atterrisseur Philae, embarqué à bord de la sonde Rosetta, qui aura pour mission de se poser sur la comète :

21 juillet :
Le premier épisode de la série vidéo Space Live, lancée par Science et Avenir en collaboration avec l'ESA, est consacré à la sonde Rosetta et à son rendez-vous désormais imminent avec la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko :

Space Live 1 : Rosetta, rendez-vous avec une... par sciencesetavenir

18 juillet 2014 :

Rosetta : "Churi" et son noyau double vont compliquer l'atterrissage du module Philae : l'interview de l'astrophysicien Philippe Lamy

17 juillet 2014 :

Le 11 juillet dernier, Rosetta a pris de nouvelles photos de la comète Churyumov-Gerasimenko, dont elle se rapproche à grande vitesse. Ces clichés ont révélé une information inattendue : le noyau de la comète est binaire, constitué de deux lobes imbriqués l'un dans l'autre.

Lire "Rosetta : le noyau de sa comète est double !"

4 juillet 2014 :

Les premières données recueillies par l’instrument Miro de Rosetta, deux mois avant son rendez-vous du 6 août prochain avec 67P/Churyumov-Gerasimenko, ont montré que la comète de 4 km de long se délestait d’environ 300 ml d’eau à chaque seconde. Début juillet, 51.000 km séparait la sonde spatiale de l’Esa de sa cible qu’elle est chargée de traquer de très près tout au long de son périple qui la rapproche du Soleil, avec un périhélie le 13 août 2015.

Lire "Tout près de sa comète, Rosetta observe des fuites d'eau"

16 mai 2014 :

La comète poursuivie par la sonde spatiale Rosetta est désormais active : sa chevelure naissante, constituée de gaz et de poussière, vient d'être photographiée par la sonde.

Lire "La comète de la sonde Rosetta devient active"

20 janvier 2014 :

En veille depuis 31 mois, la sonde européenne Rosetta se réveille aujourd'hui. Au cours des prochains mois, elle se mettra en orbite autour de la comète Churyumov-Gerasimenko afin de l'étudier. Le but : mieux comprendre comment le système solaire s'est formé.

Lire "La sonde Rosetta sort aujourd'hui de son sommeil"

17 janvier 2004 :

Après deux reports successifs la semaine dernière, la fusée Ariane-5, avec à son bord la sonde européenne Rosetta, a décollé mardi à 8h17

Lire "La sonde Rosetta a décollé mardi"

CONTEXTE DE LA MISSION ROSETTA :

En 2004, la sonde européenne Rosetta a quitté la Terre pour un voyage long de 10 ans. Sa destination : la comète Churyumov-Gerasimenko, dont elle doit s'approcher au cours de l’année 2014.

Une fois proche de sa comète, la sonde Rosetta entamera ses premières observations à partir de juillet 2014. Puis en novembre 2014, la sonde larguera Philae, un atterrisseur qui viendra se poser à la surface de la comète.

L'atterrisseur Philae aura pour mission d'étudier la comète sous toutes ses coutures : minéralogie, propriétés physiques, niveau d’activité… Ces mesures permettront de mieux comprendre les mécanismes qui sont à l'origine de la formation du système solaire. En effet, il faut savoir que les comètes se sont formées en même temps que le système solaire il y a 4,5 milliards d'années environ, bien avant les planètes. Leur étude offre donc l'opportunité d'en savoir plus sur la situation qui prévalait lorsque notre système solaire a vu le jour.

Pour réaliser toutes ces analyses, l’orbiteur Rosetta et son atterrisseur Philae embarqueront à eux deux pas moins de 21 instruments : 11 instruments pour l’orbiteur, 10 pour l’atterrisseur.

Notons enfin que la mission Rosetta fait partie du programme Horizon 2000 de l'Agence Spatiale Européenne. La France et le CNES sont fortement impliqués dans cette mission. Pour l’orbiteur, le CNES a en charge la maîtrise d’ouvrage de l’instrument CONSERT (Comet Nucleus Sounding Experiment by Radiowave Transmission), un radar de sondage qui aura pour mission d'analyser la structure interne du noyau de la comète. Quant à l’atterrisseur Philae, le CNES a fourni les piles et les batteries. Le CNES est également responsable du SONC (Science operation & navigation center), et a en charge le développement du dispositif d'imagerie CIVA (Comet Infrared & Visible Analyser).


Suivre l'auteur de cet article sur Google+ :

VOUS AIMEREZ AUSSI
NEWSLETTER DU JOURNAL DE LA SCIENCE

Vous aimez la science ? Abonnez-vous à la newsletter du Journal de la Science, et recevez chaque soir un résumé clair et synthétique de l'actualité scientifique de la journée :

VOTRE OPINION SUR CET ARTICLE